Biotechnologie industrielle : le projet Ibisba évoqué lors de l’ESFRI

Partager cet article avec :
Le projet vise à accélérer le développement de bioprocédés industriels (c) Inra

Le 11 septembre, le projet sur la biotechnologie industrielle Ibisba a été évoqué lors de la présentation de la feuille de route européenne des infrastructures de recherche (ESFRI) à Vienne (Autriche). Coordonné par l’Inra, ce programme de R&D retenu dans le cadre de l’appel à projets H2020 Infraia de la Commission européenne vise à « générer des preuves de concept, développer des méthodologies standardisées, constituer un environnement adapté pour la formation d’une nouvelle génération de professionnels pour la biotechnologie industrielle » en s’inscrivant dans une logique de bioéconomie. Dans le détail, le projet a pour objectif de faire émerger plus rapidement des bioprocédés industriels via l’innovation dans les outils numériques et expérimentales et en augmentant « les interactions entre les laboratoires publics et industrielle ». Cette annonce intervient alors que l’Inra a récemment annoncé le renfort de sa collaboration de R&D avec le CNRS en chimie verte.

Une approche inter-disciplinaire

Le projet Ibisba 1.0 associe un réseau de 14 partenaires institutionnels en biotechnologie industrielle et en biologie de synthèse émanant de 9 pays. Les équipes de R&D pourront notamment s’appuyer sur les compétences et les outils du Centre Inra Occitanie-Toulouse, à savoir ceux de Toulouse White Biotechnology (TWB) en biotransformation et en ingénierie de souches haut début, et ceux du Laboratoire d’ingénierie des systèmes biologiques et des procédés (LISBP) en génomique et en métabolomique (Metatoul, Iceo, Get-Biopuce).

 

Les 14 partenaires du projet Ibisba :

Vito (Belgique), VTT (Finlande), CEA, Inra, INSA Toulouse, et Université de Nantes (France), RWTH Aachen University, et Fraunhofer IGB/CBP (Allemagne), Wageningen UR (Pays-Bas), National Technical University of Athens (Grèce), Consiglio Nazionale delle Ricerche (Italie), Centro de Investigaciones Biológicas (CSIC) et Universitat Autònoma de Barcelona (Espagne), Manchester Institute of Biotechnology (Royaume-Uni).

 

Partager cet article avec :