Biopolymères : Total Corbion PLA inaugure son unité de PLA en Thaïlande

Partager cet article avec :
L’usine de Total Corbion PLA à Rayong en Thaïlande (c)Total Corbion PLA

Le 9 septembre, Total Corbion PLA, coentreprise 50-50 entre le Français Total et le Néerlandais Corbion, a célébré l’inauguration de son usine d’une capacité de 75 000 tonnes par an d’acide polylactique (PLA) à Rayong en Thaïlande. Fruit d’un investissement de plus de 150 millions de dollars, elle constitue la deuxième unité la plus importante au monde derrière celle que détient l’Américain NatureWorks à Blair dans le Nebraska (150 000 t/an). Cependant, Total Corbion PLA ne oncurrence pas frontalement son homologue américain, comme le précise Simon Goldney, directeur de la nouvelle usine de Total Corbion PLA : « Si effectivement nous avons la deuxième capacité mondiale en volume, nous avons la plus large gamme de PLA ».

Une gamme de 10 grades de PLA

Dans le détail, Total Corbion PLA décline sous sa marque Luminy dix différents grades de ce biopolymère: un PLA standard (LX175), des grades résistants à la chaleur (L175, L130, L105, LX575 et LX530), des PLA utilisés pour sceller à basse température (LX975 et LX930) ainsi que des grades de PDLA (acide poly-D-lactique, D120 et D070). Adaptés pour différents types de procédés (extrusion, thermoformage, injection ou encore filage de fibres, ces produits trouvent des applications dans le conditionnement et l’emballage (barquettes, couverts, etc.), les pièces pour l’automobile, l’impression 3D, ou encore les fibres textiles. A noter que Total Corbion PLA produit son biopolymère à partir de canne à sucre non-OGM. Ce qui favorise l’emploi de Luminy en particulier pour des applications dans le secteur de l’emballage agroalimentaire. « Le PLA est un excellent matériau: non seulement il détient des fonctionnalités similaires à certains polymères issus du pétrole, par ailleurs il est biosourcé, issu de ressources renouvelables (la canne à sucre), et peut être recyclé à la fois par procédé mécanique et chimique, ou transformé par compostage industriel pour servir d’engrais pour le sol », souligne Stéphane Dion, directeur général de Total Corbion PLA.

Un renforcement capacitaire en acide lactique à venir

Pour alimenter son unité de 75 000 t/an de PLA, Total Corbion PLA, qui emploie 125 salariés dont 100 en Thaïlande, bénéficie sur le site de Rayong d’une unité intégrée de lactide (monomère nécessaire à la fabrication du PLA) en amont d’une capacité de 100 000 t/an. Ce lactide est produit à partir d’acide lactique de Corbion, qui dispose d’une unité en Thaïlande depuis 2005. Devant l’engouement suscité par le Luminy, un renforcement capacitaire en acide lactique est prévu par Corbion, comme l’indique Marc den Hartog, vice-président exécutif Plateformes d’innovation du groupe néerlandais : « Nous allons étendre notre capacité d’acide lactique de 40 000 t/an à l’horizon 2020 pour subvenir à la demande croissante en PLA ». Lors de l’inauguration, Total Corbion PLA revendique l’expédition de 20 000 tonnes de Luminy depuis la mise en service de l’unité en décembre 2018. Si le succès de son PLA venait à se confirmer, Total Corbion PLA pourrait envisager de bâtir une autre usine, pourquoi pas cette fois-ci en Europe et sur base betterave à sucre.

 

Partager cet article avec :