Bioplastiques : NatureWorks vise un approvisionnement 100 % renouvelable à l’horizon 2020

Partager cet article avec :
Richard Altice,  p-dg de NatureWorks. (c)NatureWorks

Le spécialiste américain des bioplastiques NatureWorks veut s’appuyer sur des matières premières 100 % certifiées durables d’ici à 2020. Pour ce faire, il compte faire évaluer l’ensemble des productions agricoles sur lesquelles il s’appuie pour a fabrication de ses polymères Ingeo et de ses produits chimiques de performance Vercet. Dans le détail, il a l’intention de les faire certifier au standard ISCC Plus par l’organisme International Sustainability Carbon Certification System. « L’innovation dans les nouveaux matériaux est menée par les acteurs de la bioéconomie. Et pendant que nous cherchons à nous séparer des plastiques issues de matières premières fossiles, nous restons déterminés à diversifier nos matières premières et à évaluer de manière critique chacune des ces matières que nous utilisons », déclare Richard Altice, p-dg de NatureWorks.

Favoriser une agriculture durable pour sa production de bioplastiques

Se revendiquant comme pionnier de la certification chez les producteurs de biopolymères, NatureWorks indique que près de 40 % de ses matières premières issues de l’agriculture sont certifiées ISCC Plus. Elles sont cultivées dans des domaines agricoles se situant à moins de 80 kilomètres de son site de production de Blair (Nebraska, Etats-Unis). Avec sa nouvelle initiative, ce serait plus de 90 fermes qui seraient certifiées par l’ISCC. NatureWorks s’est ainsi fixé plusieurs étapes afin de parvenir à son objectif final de n’utiliser que des matières renouvelables. Pour 2019, il vise à faire certifier ISCC Plus 60 % de son approvisionnement destiné à la production de bioplastiques, puis 100 % en 2020. De plus, il a l’intention de faire évaluer des approvisionnements pour ses capacités additionnelles de production d’ici à 2025.

 

Partager cet article avec :