Bioplastiques : Bio-on et Hera créent la coentreprise Lux-On

Partager cet article avec :
Tomaso Tommasi di Vignano, président d’Hera (à gauche) et Marco Astorri, p-dg de Bio-on (à droite) – (c)DR

L’expert italien des bioplastiques Bio-on a annoncé la création de la société Lux-on, spécialisé dans la production de biopolymères à partir de CO2 atmosphérique. Détenue en coentreprise 90-10 avec l’expert dans la gestion de l’eau et la production d’énergie Hera, cette entité est dédiée au développement d’une technologie de production de plastiques biodégradables (tels que le PHA) en s’appuyant sur le gaz carbonique capté dans l’atmosphère. En outre, Bio-on compte s’appuyer sur d’autres ressources renouvelables pour la fabrication de polymères : betterave à sucre, mélasses de canne à sucre, déchets organiques issus de fruits ou de pomme de terre, sucres, glycérol, et huiles de friture usagées. Le procédé sera également en mesure de produire sa propre électricité d’alimentation 24h/24 et 7 jours/7, via des systèmes photovoltaïques et une pile à hydrogène. « L’innovation technologique géniale utilisée chez Lux-on nous permet d’accroître la durabilité industrielle d’un nouveau concept de production », déclare Marco Astorri, p-dg de Bio-on. Concrètement, les laboratoires et la première unité de Lux-on seront construits à la fin de l’année 2019, à proximité du site de Castel San Pietro Terme (Italie), où Bio-on a inauguré son usine de production de PHA à l’été 2018. La future installation de Lux-on occupera un espace de 1 500 m2 (dont 600 m2 couverts) et aura une capacité de production flexible et extensible rapidement.

Un autre projet stratégique avec Hera

Outre la construction de l’unité de production de biopolymères, les deux partenaires de la coentreprise vont travailler sur un autre projet. A compter de début 2019, Bio-on et Hera collaboreront sur la mise au point d’une technologie pour l’identification de nouveaux coproduits durables pour la production de biopolymères. Dénommée PHA-CEL, la plateforme vise à décomposer via des enzymes la cellulose en sucres simples en vue d’un usage en fermentation.

Partager cet article avec :