Biogaz : NopaliMex valorise les cactus

Partager cet article avec :
Le nopal, ou figuier de barbarie, permet de produire du biogaz.

L’entreprise mexicaine spécialisée dans les énergies propres NopaliMex produit du biogaz à partir de cactus. Le nopal, aussi appelé figuier de barbarie, est déjà à la base de certains régimes alimentaires, médicaments et cosmétiques. Il permet également de produire du biogaz. L’idée a germé dans l’esprit de Rogelio Sosa Lopez, agriculteur et producteur de tortillas, et son associé Antonio Rodriguez il y a de cela 10 ans : les deux hommes cherchaient à réduire les dépenses en énergie de l’exploitation de Rogelio Sosa Lopez. Aujourd’hui, le méthane produit par NopaliMex alimente l’usine de tortilla de Rogelio Sosa Lopez et deux véhicules, réduisant ainsi les coûts énergétiques de 40 à 50 %. La société est autosuffisante : le bioréacteur d’origine permet la production de 140 000 litres par an de biogaz. NopaliMex possède désormais trois bioréacteurs, d’une capacité de production de 2,5 millions de litres chacun.

Un carburant durable et renouvelable

La société possède une plantation de nopal de deux hectares, ainsi qu’une usine de transformation où le figuier de barbarie est liquéfié. La pâte obtenue est ensuite mélangée dans un biodigesteur avec de l’eau, le tout à une température de 38 °C afin d’obtenir le biogaz, qui est ensuite traité à l’acide sulfurique pour éliminer le dioxyde de carbone. Ce carburant a un rendement comparable à celui de l’essence ordinaire, et coûte jusqu’à 33 % moins cher (0,57 €/L).

Ce biocarburant renouvelable est obtenu grâce à une espèce de cactus facile à cultiver : l’usine produirait entre 300 et 400 tonnes par hectare sur des terres contaminées, que le figuier de barbarie finit même par dépolluer, et peut également pousser avec de l’eau de mer. En conditions optimales, un hectare pourrait fournir entre 800 et 1000 tonnes de matière première. Cette capacité d’adaptation permet de cultiver le nopal sur des sols difficilement exploitables, et donc d’éviter un changement indirect de l’utilisation des sols. De plus, les co-produits de ce biogaz, constitués uniquement d’eau et de restes de nopal, sont utilisés comme fertilisant pour les cultures de ce cactus. En plus d’être respectueux de l’environnement, ce carburant présente un réel avantage économique en générant entre 2 et 4 emplois par hectare d’exploitation du figuier de barbarie. L’un des premiers clients de NopaliMex est la municipalité de Zitacuaro (Mexique) : un accord a été signé pour fournir le parc de véhicules de polices et d’ambulances de la ville. L’entreprise espère atteindre le secteur des transports privés.

Partager cet article avec :