Biodiesel : deux sites de production de Saipol menacés de fermeture

Partager cet article avec :
Le site de production Saipol de Sète (Hérault) est menacé.

La filiale du groupe Avril spécialisée dans les huiles raffinées Saipol pourrait fermer deux de ses sites de production. Le site de production de Montoir-de-Bretagne, ainsi que celui de Sète, sur lequel un investissement de 28,5 millions d’euros a été réalisé en 2015, sont sur la sellette. Ces possibles fermetures s’inscriraient dans le cadre du plan de diversification de la société autour des transitions énergétiques et alimentaires : en effet, Saipol prévoit de concentrer son activité industrielle sur quatre usines – Bassens, Grand-Couronne, Lezoux et Le Mériot – situées au cœur des territoires agricoles français. Ces sites seront progressivement spécialisés pour produire des solutions durables à plus forte valeur ajoutée au cœur du plan stratégique. La filiale Saipol recherche une solution pérenne pour les deux usines menacées : pour préserver les emplois et l’activité industrielle de ces sites, Saipol a pour objectif d’identifier en 2020 des opportunités de partenariat ou de cession.

Un contexte de mutation du marché

Cette stratégie a été développée pour faire face à une mutation profonde du marché des biocarburants. Depuis 2015, Saipol fait face à plusieurs obstacles parmi lesquels la concurrence des biodiesels à base d’huile de palme et de soja et la faible valorisation structurelle du biodiesel de première génération. L’importation de produits d’Amérique Latine, le trading des grands acteurs mondiaux qui tirent les prix vers le bas et l’évolution du parc européen de véhicules vers des alternatives non diesel font également partie des obstacles rencontrés par Saipol sur le marché des biocarburants. Ces contraintes ont eu pour effet d’engendrer des pertes de 133 millions d’euros pour la société entre 2015 et 2018.

Partager cet article avec :