Biocontrôle : BASF s’appuie sur le réseau SATT

Partager cet article avec :
BASF siège
Siège de BASF.

Le chimiste allemand BASF s’appuie sur le réseau SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologies) pour mettre en place une opération de scouting technologique. Le projet a pour objectif de développer des solutions de biocontrôle innovantes à base de micro-organismes et de substances naturelles respectueuses de l’environnement et de la santé et qui permettent également une bonne rentabilité de la production pour les agriculteurs. Pour BASF « l’agriculture fait partie des secteurs qui doivent plus que jamais relever les défis de l’innovation pour se renouveler de manière durable face à la demande sociétale », et les technologies de ruptures pourraient permettre cette transition. « Nous souhaitons collaborer avec les acteurs de la recherche publique et privée sur des projets qui correspondent aux attentes des agriculteurs et de la société. Notre partenariat avec le réseau SATT doit nous aider à identifier très rapidement de nouvelles technologies et solutions pour l’agriculture, et plus particulièrement en lien avec le biocontrôle », a expliqué Nicolas Kerfant, directeur général de de la division Agro chez BASF France.

Plusieurs technologies prometteuses identifiées

Grâce à l’opération de scouting technologique menée par le réseau SATT, BASF a accédé à 70 % de la recherche publique française et a ainsi pu identifier les technologies disponibles : en cinq mois, plusieurs innovations du champ de recherche souhaité par l’entreprise ont été analysées. « BASF entame désormais, aux côtés des SATT, la phase de validation et de preuve de concept des projets retenus par le Groupe pour des potentiels développements et partenariats », a précisé Anne Resweber, responsable biocontrôle de la division Agro chez BASF France. « Grâce à la coordination des SATT, nous avons réussi à identifier des sujets et résultats de recherche en adéquation fine avec la demande initiale de BASF. […] Les sujets retenus par BASF au terme des approfondissements nécessaires pourront également bénéficier de l’ingénierie financière et expertise des SATT pour sécuriser les prochaines étapes de développement, afin d’accélérer et de maximiser les retombées économiques », a ajouté Laurent Auret, directeur du pôle Greentech de la SATT Toulouse Tech Transfer et membre du réseau SATT.

Partager cet article avec :