Biocontrôle : BASF et PAT élargissent leur collaboration aux antifongiques

Partager cet article avec :
PAT produit des composés d’intérêt par extraction racinaire (c)Alexandre Marchi

Le géant allemand de la chimie BASF et Plant Advanced Technologies (PAT) ont signé un nouvel accord de recherche dans le domaine du biocontrôle. Le nouveau partenariat noué a pour objectif d’intensifier la recherche pour la découverte biofongicides, comme l’indique Jean-Marc Petat, directeur Agriculture durable au sein de la division Agro chez BASF en France : « Avec les évolutions du climat, la recherche sur les maladies fongiques est un enjeu fort pour les agriculteurs et les filières agricoles. Les chercheurs de PAT et BASF travaillent en commun et ont harmonisé leurs capacités de recherche grâce au premier accord que nous avions signé en 2016. Ce partenariat renouvelé est porteur de nouveaux espoirs pour découvrir des ingrédients actifs naturels provenant de PAT ».

Une méthode d’identification inédite

Pour identifier des molécules fongicides candidates, les deux partenaires vont adopter une approche s’inspirant des défenses naturelles des plantes. Au cours de l’évolution, ces dernières ont développé des stratégies efficaces de défense contre les bioagresseurs ou des molécules répulsives. En s’appuyant sur le savoir-faire de PAT, les deux partenaires espèrent « stimuler le potentiel naturel des plantes dans le but de produire des biomolécules jusqu’à présent considérées comme inaccessibles », tout en préservant l’environnement et la biodiversité végétale naturelle. Dans ce cadre, PAT entend profiter de son implantation récente à La Réunion pour détecter de nouvelles espèces de plantes adaptées naturellement à la pression fongique en raison d’un environnement à températures élevées et de la forte humidité.

Partager cet article avec :