BASF propose du méthanol « biomass balance »

Partager cet article avec :
BASF siège
Le groupe BASF investit dans la chimie biosourcée.

Le groupe allemand BASF a démarré la production de méthanol à partir de matières premières renouvelables selon l’approche de biomass balance. Le produit est baptisé EU-REDcert-methanol. La société remplace les matières premières fossiles par des matières premières renouvelables de deuxième génération, des déchets ou des matières résiduelles au niveau du vapocraquage. Par ce biais, les émissions de gaz à effet de serre peuvent être réduites de 50% par rapport à la production de méthanol conventionnel. Les caractéristiques chimiques et physiques du produit obtenu sont strictement identiques à celles du méthanol d’origine fossile.
Le méthanol est une matière première importante pour de nombreuses chaînes de valeur. Par exemple pour la production de formaldéhyde, d’acide acétique ou de méthylamines. Mais BAS liste d’autres dérivés importants comme l’éther méthylique de tert-butyle, le méthacrylate de méthyle, les polyalcools et les silicones. Le méthanol est aussi utile au secteur de l’énergie et peut être utilisé comme matière première pour la conversion de produits chimiques en combustibles ou additifs pour carburants.
Méthanol certifié selon le standard REDcert
Le méthanol EU-REDcert est certifié conforme au standard REDcert. Le référentiel, qui a été créé par des associations et organisations allemandes de premier plan dans l’agriculture et les biocarburants, atteste de l’origine durable de la biomasse utilisée et apporte des informations sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ce standard jusqu’alors dédié aux biocarburants est reconnu par la Commission européenne dans le cadre de la directive sur les énergies renouvelables (RED).

Une approche comparable à l’électricité verte
L’approche biomass balance est comparable au principe de l’électricité verte. L’électricité prélevée au niveau d’une prise ne provient pas nécessairement d’énergies renouvelables, mais le fournisseur d’énergie garantit qu’une quantité correspondante d’énergies renouvelables a bien été injectée dans le réseau. Dans le cas de l’approche biomass balance, le produit chimique ne sera pas forcément constitué de carbone renouvelable, mais le mécanisme, certifié par l’organisme TÜV, assure que BASF aura apporté une compensation globale par l’utilisation de matière premières renouvelables.

D’ores à déjà BASF a utilisé ce principe pour de nombreux produits tels que des superabsorbants, des dispersions et des matières plastiques.

Partager cet article avec :