Avantium en difficulté en 2019

Partager cet article avec :
Des bouteilles en PEF à 100% biosourcé, utilisant la technologie YXY d’Avantium.

Le spécialiste de la chimie renouvelable Avantium a publié le 25 mars ses résultats financiers pour l’année 2019. La société affiche un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 22 % et s’élevant à 13,8 millions d’euros en 2019, contre 11,3 M€ en 2018. Cette variation du chiffre d’affaires est le résultat de l’augmentation des ventes d’Avantium Catalysis, ainsi qu’à la hausse des revenus de l’activité chimie renouvelable liée aux accords de collaboration avec ses partenaires, dont la Paper Bottle Company, joint-venture pour la mise au point d’une bouteille en papier renforcée par le PEF d’Avantium. En revanche,  la société ne parvient pas à redresser la barre de la rentabilité : l’Ebitda passe de -9,5 M€ en 2018 à -16,3 M€ en 2019. La société enregistre néanmoins une réduction de sa perte nette : elle s’élève à 23,5 M€ en 2019, alors que son montant était de 68,4 M€ en 2018. Les résultats de 2018 étaient influencés par la comptabilisation de charges et dépréciations exceptionnelles liées à l’acquisition de Synvina pour un montant de 50 M€. La trésorerie au 31 décembre 2019 est également en baisse : 45,4 M€ alors qu’à la même date en 2018, celle-ci se montait à 83,3 M€. Là encore, ce chiffre résulte, entre autres, d’un paiement unique de 17,4 M€ pour reprendre la pleine propriété d’Avantium Renewable Polymers (ex Synvina).

Incertitudes pour le flagship de FDCA

« 2019 a été une année charnière pour Avantium, au cours de laquelle nous avons continué de nous concentrer sur notre engagement à devenir un leader de la chimie renouvelable. En reprenant la plein propriété d’Avantium Renewable Polymers, nous contrôlons désormais la stratégie de mise à l’échelle et de lancement sur le marché de notre technologie YXY pour produire du FDCA et du PEF », a déclaré Tom van Aken, p-dg d’Avantium. Le démarrage de l’unité flagship de production de 5 000 tonnes par an de FDCA, au Chemie Park de Delfzijl (Pays-Bas), est prévu pour 2023. Cependant, le coût estimé de cette unité est d’environ 150 M€ : la société vise à mettre en place le financement nécessaire avant le fin de l’année 2020, date à laquelle la décision de poursuivre ou non la construction devra être prise.

Partager cet article avec :