Aromatiques biosourcés : Anellotech veut démarrer une construction d’usine en 2020

Partager cet article avec :

Anellotech annonce son intention de démarrer la construction d’une première usine de production de composés aromatiques biosourcés au second semestre de 2020. Des discussions ont été entamées avec ses partenaires actuels, dont Axens, ainsi que de nouveaux afin de pouvoir financer ce projet qui vise à transformer 500 tonnes/jour de bois sec, prétraité selon le procédé MinFree, pour produire 40 000 tonnes par an de mélanges de produits aromatiques, comprenant du benzène, du toluène, des xylènes et des aromatiques en C9 +, ainsi que 30 000 t/an de monoxyde de carbone (CO) et autres gaz. Le procédé MinFree permet de réduire la teneur en minéraux (cendres) des matières premières qui contribuent à empoisonner le catalyseur.

A la suite de cette première industrialisation, Anellotech et son partenaire Axens envisagent de céder des licences pour la construction d’installations de plus grande taille, pouvant atteindre les 200 à 250 000 tonnes par an de mélanges d’aromatiques, avec la production de 150 000 t/an de monoxyde de carbone (CO).

Un procédé viable

Ce projet d’usine est annoncé alors qu’Anellotech vient de boucler six mois de tests en continu de sa technologie Bio-TCat dans son unité pilote de Silsbee au Texas. Et les résultats sont jugés très positifs avec un rendement de produits chimiques liquides de 22 à 24% en poids à partir de pin loblolly, une essence cultivée sans le sud est des Etats-Unis. Et ce rendement pourrait encore être améliorée de 3 à 5% à travers la réutilisation du CO résiduel en éthanol cellulosique ou en électricité renouvelable par le biais de l’utilisation de technologies tierces. « Ces résultats valident le potentiel économique du procédé Bio-TCat et nous permettent de penser que même les petites échelles initiales de production sont viables », a déclaré David Sudolsky, CEO d’Anellotech qui vise clairement la compétitivité économique par rapport à la production d’aromatiques d’origine fossile.

Rappelons que l’objectif d’Anellotech est de permettre la mise sur le marché des produits aromatiques biosourcés à des coûts compétitifs, pour les domaines de la chimie et des biocarburants. « Nous sommes ravis des perspectives de déploiement commercial de la technologie Bio-TCat sous licence dans les prochaines années. Nous espérons apporter des solutions renouvelables non alimentaires aux marchés des carburants et des produits chimiques pour des produits répondant aux objectifs de durabilité et offrant des rendements attrayants dans des conditions de marché concurrentielles », a ajouté Pierre Beccat, directeur exécutif Développement technologique et innovation chez Axens.

 

 

Partager cet article avec :