Antibiotiques : Deinove va se servir de CRISPR-cas9

Partager cet article avec :
Georges Gaudriault, directeur R&D de Deinove

Le 23 septembre, la société de biotechnologie industrielle Deinove a étoffé sa plateforme d’ingénierie génétique et métabolique avec l’outil CRISPR-cas9. Cette technologie de pointe constitue une démarche d’innovation radicale qui devrait lui permettre de renforcer ses capacités d’optimisation de microorganismes variés. Deinove se développe dans deux domaines : les antibiotiques ou anti-infectieux de nouvelle génération (en essais cliniques de phase II), et les bioactifs, des ingrédients actifs d’origine naturelle dont le premier marché est la cosmétique.

Une technologie révolutionnaire

La technologie de CRISPR-cas9 dite des « ciseaux moléculaires » a révolutionné l’ingénierie génétique de ces dernières années. « Notre expertise dans l’ingénierie génétique d’une variété de microorganismes, inusuels pour certains, est unique, et l’intégration de CRISPR-cas9 vient élargir les possibilités de notre plateforme. Nous continuons de structurer les différentes briques technologiques de la plateforme AGIR pour être en mesure d’accélérer drastiquement l’identification et l’optimisation de nouvelles structures antibiotiques », a déclaré Georges Gaudriault, directeur scientifique de Deinove. L’objectif pour la société est de pouvoir manipuler directement les souches productrices d’activités antimicrobiennes ou de transférer ces activités dans des châssis phylogénétiquement proches. Autrement dit, la société veut pouvoir agir directement sur les gènes codant pour une activité antimicrobienne, ou bien d’incorporer ces gènes dans des microorganismes assez proches.

Partager cet article avec :