Antibiotiques : Deinove et l’ESPCI Paris obtiennent un financement de l’ANR

Partager cet article avec :
Bactéries déinocoques utilisées par Deinove. (c)Deinove

La société de biotechnologie française Deinove a annoncé le 9 décembre l’obtention, conjointement avec l’ESPCI Paris (école supérieure de physique et de chimie industrielles), un financement de 300 000 € de l’Agence nationale de la recherche (ANR). Cet apport a pour objectif le co-développement d’un système innovant d’isolement, de culture et de criblage de bactéries. Ce projet de recherche de deux ans, dénommé Deinodrop, vient en support du programme AGIR, pour lequel Deinove a perçu 1,5 M€ au mois de mars.

Améliorer la réussite du programme AGIR

« Notre objectif est de développer une technologie de rupture dans la culture et la sélection de bactéries afin de pouvoir analyser des quantités considérables de microorganismes et découvrir de nouvelles activités antibiotiques susceptibles de répondre à l’enjeu majeur de l’antibiorésistance », a déclaré Raphaël Calbrix, responsable de la plateforme banking et robotique de Deinove. Le projet Deinodrop vise à développer un système innovant de tri en microfluidique en gouttes de bactéries environnementales, dans lequel chaque gouttelette constitue un microréacteur. Cette technologie devrait offrir plusieurs avantages pour améliorer le taux de réussite du projet AGIR : une sensibilité accrue du criblage, pour une meilleure détection des antibiotiques d’intérêt ; augmentation du débit de criblage et de tri des bactéries, jusqu’à 800 gouttes par seconde, tout en optimisant la quantité de réactif utilisée ; et une capacité de détection, tri et analyse des bactéries réputées non-cultivables dans les conditions de laboratoire classiques.

Partager cet article avec :