Arkema rejoint le WBCSD

Partager cet article avec :
Ricin
Le ricin est une plante tropicale source d’huile, qui permet de fabriquer le Rilsan d’Arkema.

Le chimiste français Arkema a rejoint le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD). Il espère ainsi agir en partenariat avec ce réseau pour accélérer la transition vers un monde plus durable. « Plus que jamais, dans un monde confronté aux défis économiques, environnementaux et sociaux, notre mission d’industriel est de mettre notre expertise dans la science des matériaux au service de la transition vers un monde durable », a commenté Thierry le Hénaff, p-dg d’Arkema. Ce chimiste de spécialités est notamment connu pour ses polyamides biosourcés, dont le Rilsan, un polyamide 11 dérivé d’huile de ricin, a été produit pour la première fois en 1947. Le groupe s’est d’ailleurs engagé dans un programme de culture durable de graines de ricin en Inde en 2018, qui  a notamment permis la mise en place de camps de santé dans 26 villages, dispenser plus de 1 000 heures de formation, et réaliser des analyses d’eau et du sol dans 41 villages.

Créé par Stephan Schmidheiny, ex-PDG d’Eternit Suisse, en 1995 après sa fonction de conseiller pour le sommet de la Terre de Rio (1992), le WBCSD est une coalition de plus de 200 entreprises dont l’objectif principal est de faciliter la transition vers un monde plus durable. Parmi eux, une douzaine d’acteurs mondiaux de la chimie (dont BASF, Dow, DuPont, Solvay…) forment le WBCD Chemicals. Les travaux de ce conseil s’articulent autour des trois piliers essentiels du développement durable : la croissance économique, l’équilibre écologique et le progrès social. C’est donc naturellement qu’Arkema a rejoint le WBCSD avec l’objectif d’apporter des solutions innovantes contribuant aux objectifs de développement durable définis par l’ONU. La société espère ainsi répondre à quatre enjeux majeurs : l’urbanisation croissante, la raréfaction des ressources, le changement climatique et le défi des nouvelles technologies. Arkema s’est également engagé en début d’année à réduire ses émissions absolues de gaz à effets de serre de 38 % d’ici à 2030, par rapport à son niveau de 2015, et ce quelle que soit l’augmentation de ses volumes de production.

Plus d’informations sur le WBCSD ici

Partager cet article avec :