Acides organiques biosourcés : Afyren sécurise 60 M€ pour son industrialisation

Partager cet article avec :
Installation pilote de fermentation d’Afyren chez Cristal Union (c) Dinhill On

Le producteur de composés biosourcés d’intérêt par voie fermentaire Afyren a annoncé le démarrage de la phase industrielle de son développement via la sécurisation d’un financement de 60 millions d’euros. D’une part, la société a finalisé une augmentation de capital de 21 millions d’euros auprès de Sofinnova Partners, Valquest Partners, ainsi que de ses actionnaires historiques (Sofimac Régions, Supernova et le Crédit Agricole). Ce tour de table est complété par un programme de financement qui va permettre à Afyren de se doter de sa première usine de production, dont les études d’implantation ont débuté. « Ce plan de financement conséquent vient couronner le parcours exceptionnel de nos équipes, qui ont progressivement franchi avec succès toutes les étapes de notre ambitieux projet. Nous détenons aujourd’hui une technologie efficace à une échelle pré-industrielle sur laquelle nous travaillons depuis plusieurs années et qui nous a permis de livrer des lots test à nos premiers clients. Nos produits biosourcés font déjà l’objet d’un fort intérêt de la part d’entreprises de premier plan, et nous abordons la phase d’industrialisation avec confiance et enthousiasme », déclare Nicolas Sordet, président d’Afyren. L’entreprise basée à Clermont-Ferrand prévoit de détailler prochainement « la suite de son plan de financement et la création de sa filiale industrielle ». Pour rappel, la société avait levé 650 000 € en 2015 pour financer et valider son sa technologie Afynerie via la production de lots pré-commerciaux. En 2017, Afyren est progressivement monté en échelle dans sa production, inaugurant un pilote de plusieurs centaines de kg chez Cristal Union, avant de valider son procédé pour un volume de 70 000 litres.

Des acides organiques à partir de coproduits agro-industriels

Fondé en 2012, le groupe Afyren, qui emploie 15 collaborateurs, a mis au point une technologie permettant de produire des molécules organiques via la valorisation de coproduits agro-industriels. Ainsi, l’entreprise est en mesure de produire sept acides organiques différents à partir de différentes biomasses, et ce, sans générer de déchets et sans rentrer en concurrence avec la production alimentaire. « La pertinence de notre technologie réside fondamentalement dans sa capacité à associer l’écologie avec une performance économique. De fait notre engagement est sans compromis entre le respect de l’environnement, notamment la réduction des émissions de CO2, et la compétitivité permettant ainsi aux industriels de substituer des produits issus du pétrole par nos molécules naturelles », précise Jérémy Pessiot, fondateur d’Afyren et en charge de la technologie. Les molécules organiques obtenues par la technologie Afynerie détiennent un niveau de pureté nécessaire pour des applications en cosmétique, dans le secteur des arômes et parfums, de la nutrition humaine et animale ou encore la chimie fine.

Partager cet article avec :