Acides organiques : Afyren industrialise à Carling-St Avold

Partager cet article avec :
La plateforme pétrochimique de Carling va accueillir l’unité d’Afyren. (c)DR

C’est un nouveau succès qui s’annonce pour la plateforme industrielle Chemesis de Carling-St Avold, en Moselle. D’ici à 2021, elle accueillera, sur une superficie de trois hectares, une nouvelle installation industrielle de production d’acides organiques biosourcés, à raison d’une capacité de 16000 tonnes par an. Le projet est porté par Afyren Neoxy, société commune entre Afyren, actionnaire majoritaire avec 51% du capital, et Bpifrance. La banque publique, qui intervient au travers de son fonds SPI (Société de projets industriels), investira 23 millions d’euros. Pour financer le projet, Afyren a finalisé, en février dernier, une augmentation de capital de 21 millions d’euros auprès de Sofinnova Partners, Valquest Partners, ainsi que de ses actionnaires historiques Sofimac Régions, Supernova et Crédit Agricole. Le montant global de l’opération est annoncé à 60 millions d’euros pour la production de sept acides différents, à partir de co-produits de l’industrie sucrière. A terme, 60 emplois directs devraient être créés. Et il faut aussi souligner que le projet est tout à fait remarquable pour une société qui n’a été créée qu’en 2012, par Régis Nouaille et Jérémy Pessiot et qui n’emploie que 15 collaborateurs. Dans le secteur de la chimie du végétal, on a plutôt l’habitude de compter en décennies !

Afyren Neoxy après Metex Nøøvista

Afyren Neoxy fait écho à Metex Nøøvista qui, selon le même schéma, est une société commune entre Metabolic Explorer et Bpifrance, via SPI, créée en juillet 2018. Metex Nøøvista est un peu plus avancée puisqu’elle a déjà reçu tous les feux verts pour construire une unité de production de 6000 t/an de propanediol et d’acide butyrique sur la même plateforme, avec un démarrage prévu aux alentours de 2020. Le montant de l’investissement est ici de 47,7 millions d’euros, dont 19 millions d’euros apportés par Bpifrance.

Voisines sur la plateforme Chemesis, les deux sociétés innovantes le sont déjà dans leur fiefs respectifs. Metabolic Explorer est installé au numéro 1 de la rue Emile Duclaux à Saint-Beauzire, en périphérie de Clermont-Ferrand. Afyren est installé au n°5 de cette même rue. Metabolic Explorer a fait son pilotage dans ses propres locaux. Afyren s’est préparé chez son partenaire sucrier Cristal Union, non loin de St Beauzire, sur son site de Bourdon. Pour passer au stade de l’industrialisation, les sociétés ont toutes deux fait le choix de quitter leur région pour s’installer dans le Grand Est, sur une plateforme attractive – même si ce n’est sans doute pas la seule – classée Seveso, soumise à PPRT, et qui dispose de nombreux services partagés à des tarifs compétitifs.

Partager cet article avec :