Acide lévulinique et acide succinique : quelle évolution pour leur marché ?

Partager cet article avec :

Nova-Institute a publié le 9 octobre deux rapports concernant l’acide succinique et l’acide lévulinique. L’institut fait la lumière sur la situation actuelle et future du marché de ces molécules plateformes, considérées comme étant des biomatériaux prometteurs pour l’industrie chimique. Bien que ces molécules aient un potentiel chimique élevé, elles n’ont pas répondu pour le moment aux attentes technologiques, ni à la demande du marché. De plus, les données du marché actuel, combinées au développement technologiques en cours et à la baisse attendue des prix du pétrole, ont conduit à une nouvelle estimation de la croissance à venir du marché de l’acide succinique et de l’acide lévulinique.

La production de l’acide lévulinique encore trop chère

En 2004 et 2010, l’acide lévulinique est choisi par le département américain de l’énergie comme une des molécules plateformes les plus prometteuses pour les industries de la chimie et des carburants. En effet, cette molécule a un faible coût de production (si produite à partir de biomasse), et est un intermédiaire polyvalent de nombreuses réactions de synthèse du fait de ces deux groupes fonctionnels réactifs différents. Mais la demande du marché n’a pas évolué comme espéré. De plus, l’acide lévulinique est actuellement produit à partir d’alcool furfurylique, le rendant plus cher. La technologie de production directe d’acide lévulinique à partir de biomasse, qui permettrait de réduire les coûts de production, est encore en développement. Cette diminution permettrait de créer une demande supplémentaire pour les marchés actuels, et créer de nouveaux segments de marché : esters lévuliniques, méthyltétrahydrofurane, acide diphénolique…

L’acide succinique biosourcé en compétition avec les dérivés pétroliers

Le rapport sur l’acide succinique montre un décalage entre les estimations de l’offre et de la demande. En effet, il existe une réelle compétitivité entre l’acide succinique biosourcé et d’origine fossile : les estimations d’évolution du marché du pétrole ont entraîné un fort attrait pour l’acide succinique biosourcé, même si le prix du baril reste inférieur aux prédictions. De plus, la demande en 1,4-butanediol, considéré comme un marché pour l’acide succinique d’origine biologique, n’a pas suivi les attentes du marché, et aucune unité de production ne devrait devenir commerciale avant 2023. Jusqu’à cette date au moins, le marché de l’acide succinique devrait se limiter aux applications de spécialités, telles que le polymère de polybutylène succinate (PBS) biosourcé et les revêtements. L’évolution du marché de l’acide succinique sera fortement dépendante de l’évolution du prix du pétrole.

Partager cet article avec :